Page publique
www.larcat.fr
http://www.larcat.fr/public/perso/img-r58-a38.jpg

sous menu
DéCOUVERTE
► Culture
► Faune
► Flore
► Patrimoine
► Reportages
► Traditions / Gastronomie

calendrier
Mois précédent Septembre 2017 Mois suivant
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Cliquez sur les cases rouges pour afficher l'évènement du jour.
Rechercher : http://www.larcat.fr/public/img/loupe.gif

 

CHEVAL DE MERENS : il est devenu le symbole de l'Ariège

Sur le plateau de Beille, dans les montagnes d'Aston ou dans les vallées du Cousserans, ce cheval de montagne promène fièrement sa robe noire parfois teintée de roux sombre.

Le randonneur le rencontre en grappes d'une dizaine de sujets , affairés à brouter ou à se gratter la croupe. Ils se laissent rarement approcher de près, la jument meneuse donnant rapidement le signal du repli vers un endroit sûr, les autres suivant à la queue le leu, leur abondante crinière au vent. Belle image que ce chapelet noir qui file lentement le long des sentes recouvertes de gispet ! Mais aussi pour l'Ariège, un élément important du patrimoine et un atout touristique appréciable ...

Si le Mérens fait partie intégrante du paysage montagnard ariégeois, il est aussi devenu une valeur sûre pour les éleveurs, recherché à la fois par les cavaliers confirmés et par les structures de tourisme qui les utilisent pour la randonnée équestre. Grâce à une sélection rigoureuse, le solide cheval ariégeois est devenu un pur sang élancé à fière allure, sans renier le moins du monde ses qualités d'origine.

Autrefois cheval de travail par excellence dans les mines ou les forêts ariégeoises, le Mérens serait issu du croisement d'une race locale avec un cheval espagnol et son nom signifierait "méritant". C'est en Haute-Ariège, où d'ailleurs un village porte son nom, Mérens-les-Vals, que se situe le berceau de la race. Ce sont certainement les ancêtres du Mérens que nous connaissons aujourd'hui qui ont été peints par les Magdaléniens dans les grottes ariégeoises, à Niaux notamment. La similitude des traits est troublante et attesterait d'une origine fort ancienne, vieille de près de 
15 000 ans !

Menacé de disparition au cours du XIXe siècle avec l'arrivée du chemin de fer et la disparition des activités industrielles et agricoles auxquelles il était employé, il fut sauvé par la ténacité d'un groupe d'éleveurs et la volonté du Haras national de Tarbes de le promouvoir au rang de cheval de pure race de sang. Compagnon de toujours des montagnards ariégeois, il impressionne par ses aptitudes exceptionnelles, tant pour les travaux des champs que pour la monture.

Incontestablement, le Mérens ne peut laisser indifférent : la beauté de sa robe aux poils soyeux et son doux regard le rendent attachant dès le premier regard.

Rien d'étonnant donc que nombre d'éleveurs et responsables de structures officielles , au plus haut niveau, s'intéressent à ce cheval hors du commun. Au début des années  1900, Gabriel Lamarque, passionné d'équitation et président de la Société d'Agriculture de l'Ariège, sera un des premiers à mener des actions dynamiques en faveur du développement de la race Mérens. Quelques années plus tard, Lucien Lafont de Sentenac, au cours de sa longue carrière à la tête du Haras national de Tarbes, de 1940 à 1970, sera lui aussi entièrement dévoué aux intérêts du Mérens. Ariégeois originaire de la Bastide de Sérou, il mettra tout son pouvoir pour obtenir officiellement, en 1945, la reconnaissance du standard de la race, une étape décisive pour mettre en valeur les qualités de finesse et de distinction du cheval de Mérens.

La Haute-Ariège et le canton des Cabannes resteront longtemps par la suite à la pointe du sauvetage de la race grâce à une poignée d'éleveurs passionnés soutenus par le Sherpa Mérens (association française hippique d'élevage de la race pyrénéenne ariégeoise dite de Mérens) dont le siège est en Ariège. Le concours national de Bouan, qui se déroule tous les ans fin août, représente la reconnaissance suprême pour les étalons issus d'une sélection très stricte, et offre une belle panoplie des multiples capacités du Mérens : attelage, voltige, dressage, saut... et même descente d'éboulis pour prouver que le Mérens a le pied très sûr.

Larcat - Août 2015

Mairie de Larcat - Tous droits réservés. http://www.larcat.fr/public/perso/enveloppe.jpg Nous contacter ImaWeb  &  A GE D I